Afrique du Sud et Zimbabwe - Mission d'entreprises à Johannesburg et Harare

INFOS COMPLÉMENTAIRES

Johannesburg et Harare

Voir sur la carte

Toute la journée

JE M’INSCRIS

73 Jours avant la clôture
des inscriptions

 

Le conseil d’entreprise France – Afrique du Sud de MEDEF International vous invite à prendre part à la mission d’entreprises qui se tiendra à Johannesburg du 14 au 16 octobre, suivie d’une mission à Harare au Zimbabwe du 17 au 18 octobre.

Cette mission de haut niveau sera présidée par M. Henri POUPART-LAFARGE, président du conseil d’entreprises France-Afrique du Sud de MEDEF International, directeur général d’Alstom, accompagné de M. Philippe LABONNE, président du comité Afrique de MEDEF International, président d’Africa Global Logistics.

L’Afrique du Sud est la seconde économie du continent africain derrière le Nigéria. Ces dernières années l’économie du pays a rencontré des difficultés liées à plusieurs chocs externes (fortes perturbations logistiques liées aux inondations et à d’importants mouvements sociaux dans la région du Kwazulu-Natal, impact de la crise du Covid-19) et des défis structurels (intensification des délestage électriques, mauvaise gouvernance et corruption). La croissance a ainsi fortement ralenti passant de 4.9% en 2021 à 1.9% en 2022 puis 0.6% en 2023.


Les secteurs des services, des transports, du stockage, de la communication et de l’industrie demeurent en croissance quand ceux de l’agriculture, du forestier, de la pêche, de l’hôtellerie, de l’énergie et du minier ont décru en 2023.

Sur le plan politique, le pays connaît un tournant historique, à la suite des élections parlementaires du 29 mai dernier. Pour la première fois depuis 1994, le Congrès National Africain (ANC) n’a pas obtenu la majorité absolue et a été contraint de conclure un accord de coalition notamment avec le parti libéral d’opposition, l’Alliance Démocratique (DA). Fort de cet accord, le président Cyril Ramaphosa a été réélu le 14 juin 2024 puis après un mois de négociation, a présenté le 1er juillet le nouveau gouvernement d’union nationale (GNU). L’accélération des réformes économiques et le retour rapide de la croissance sont désignés comme première priorité permettant d’envisager de nouvelles perspectives de croissance. A ce titre, les réformes déjà entreprises au sein du fournisseur d’électricité Eskom semblent montrer de premiers résultats positifs, l’Afrique du Sud n’ayant plus connu de délestage électrique depuis le 1er avril 2024.

Sur le plan bilatéral, l’Afrique du Sud est le premier destinataire des exportations françaises à l’échelle de l’Afrique sub-saharienne, et est troisième fournisseur de la France. En 2021, le stock d’investissements de la France en Afrique du Sud s’élevait à 2.6 Mds €. On compte dans le pays environ 480 implantations d’entreprises françaises, dépendant de plus de 160 groupes français, et employant plus de 65 000 personnes.

La mission s’articulera autour de rendez-vous de haut niveau avec les autorités sud-africaines et d’un forum d’affaires France-Afrique australe, le 15 octobre, organisé par la Team France Export.

Cette mission permettra ainsi de :

  • prendre connaissance des nouvelles priorités politiques du pays ;  
  • promouvoir l’offre de solutions et des projets d’investissement de la France auprès du nouveau gouvernement ;
  • rencontrer de potentiels partenaires privés.

Dans ce cadre, Business France propose une offre d’accompagnement supplémentaire. Pour tout renseignement, contacter Maeva Royo : maeva.royo@businessfrance.fr


La délégation se rendra ensuite du jeudi 17 et vendredi 18 octobre à Harare au Zimbabwe.

Avec 17 millions d’habitants et une main d’œuvre qualifiée, un PIB de plus de 30 Mds de dollars, le Zimbabwe, troisième économie d’Afrique australe, est une puissance agricole (tabac et céréales) et minière (or, nickel, platinoïdes, lithium…). Le pays connaît un contexte de reprise depuis 2021 avec la hausse des exportations. Les autorités ont entrepris des réformes afin d’améliorer le climat des affaires et d’attirer de nouveaux investisseurs dans les secteurs des infrastructures, de l’énergie, de l’eau et l'irrigation, des matériaux critiques, de la recherche, de la formation ou du tourisme.  Le gouvernement zimbabwéen a repris les discussions avec les bailleurs de fonds internationaux et ses créanciers bilatéraux en 2022 afin de définir une feuille de route visant à la restructuration de sa dette externe. En avril dernier, la Banque centrale zimbabwéenne (Reserve Bank of Zimbabwe) a mis en place une nouvelle monnaie dont la valeur sera garantie par les abondantes ressources en or du pays, afin de lutter contre la dévaluation de la monnaie locale. L’économie reste toutefois majoritairement dollarisée, alimentée en devise par la forte hausse ces dernières années des exportations et les transferts de la diaspora. Le Zimbabwe est le premier producteur de lithium du continent et souhaite en développer la transformation locale. Le pays dispose de nombreux matériaux critiques nécessaires à la transition énergétique. 

Cette mission de terrain au Zimbabwe, la première depuis 2015, permettra de :

  • prendre connaissance de l’évolution économique et monétaire du pays en rencontrant les autorités, les bailleurs de fonds et le secteur financier ; 
  • présenter l’offre françaises auprès du gouvernement et des bailleurs ;
  • rencontrer de potentiels partenaires privés.

 


Chargement ...